Le SITRU : acteur engagé dans la protection de l'environnement

Envoyer à un contact
Imprimez en PDF
Diminuer la taille du texte
Augmenter la taille du texte

Le centre CRISTAL


Le SITRU s’assure que les analyses des rejets de l'usine sont conformes aux valeurs limites d’émission (VLE) fixées par l’arrêté préfectoral d’exploitation de l’usine d’incinération.


Les analyses de rejets atmosphériques sont de plusieurs ordres :

  • Une analyse en continu, adressée à la DRIEE (Direction Régionale et Interdépartementale de l'Environnement et de l'Energie, service de l’Etat chargé du contrôle des Installations Classées pour la Protection de l’Environnement), sur 6 paramètres : poussières, monoxyde de carbone, dioxyde de soufre, acide chlorhydrique, oxydes d’azote et ammoniac. Chaque minute de dépassement des VLE est enregistrée. Les compteurs de dépassement des VLE doivent être inférieurs à 60 heures par ligne d’incinération et par an. En 2015, les données de ces compteurs ont indiqué :

       - 4h00 pour la ligne 1

       - 2h30 pour la ligne 2
       soit des valeurs conformes à la réglementation, très en deçà de la limite de 60 heures par ligne.

 

  • Une mesure trimestrielle, prélevée et analysée par un laboratoire indépendant accrédité, sur les 6 paramètres analysés en continu, ainsi que le carbone total et l’acide fluorhydrique. Les résultats de ces analyses sont publiés sur le site internet du SITRU et dans l’Actu du SITRU, ils sont conformes à la réglementation.

 

  • Une mesure semestrielle sur les paramètres suivants : dioxines et furanes, mercure, cadmium et thallium, somme des métaux lourds. Les résultats de ces analyses sont publiés sur le site internet du SITRU et dans l’Actu du SITRU, ils sont conformes à la réglementation.

 

  • Un suivi environnemental annuel des retombées atmosphériques assuré par la méthode des jauges OWEN. La jauge est l’équivalent d’un pluviomètre qui collecte l’eau de pluie grâce à un gros entonnoir. L’eau de pluie est analysée et les poussières sédimentables analysées. 4 jauges OWEN sont placées à proximité de l’usine dans le sens des vents dominants, et une jauge témoin est située dans une zone éloignée. Les concentrations en dioxines et furanes ainsi qu’en métaux lourds présents dans l’eau de pluie sont ensuite analysées. Les valeurs limites ne sont pas réglementées mais les résultats sont inférieurs aux valeurs guides communément reconnues (INERIS pour les dioxines et furanes, valeurs allemandes TA Luft pour les métaux lourds).

 

  • Depuis avril 2014, l’usine est équipée de dispositifs de contrôle en semi-continu des dioxines et furanes permettant de capter un échantillon de ces polluants en continu et de faire analyser les quantités captées par un laboratoire externe agréé. Les résultats de ces analyses sont très significativement en dessous des valeurs limites imposées par la réglementation.

 

Tableau des rejets CRISTAL

L'aire de transit du verre

 

Cette installation, située derrière l'usine CRISTAL, est un point de regroupement provisoire du verre collecté en attente de sa destination ultime.

aire de transit du verre

 

Cette aire, conforme à la réglementation sur les ICPE (Installations Classées pour la Protection de l'Environnement), est entourée de murs de 4 mètres de haut renforcés par des écrans anti-bruit d'1,80 mètres. Les études de bruit sont conformes à l’arrêté préfectoral d’exploitation.

 

Après collecte, les déchets d'emballages en verre sont apportés par les camions (une dizaine par jour) sur l'aire de transit. Le verre est ensuite rechargé dans des camions-bennes pouvant contenir de gros volumes (entre 25 et 26 tonnes). Ces camions effectuent 6 à 10 passages par semaine.

L'aire de transit permet ainsi une optimisation du transport réduisant ainsi les gaz à effets de serre.


 

Le tri des déchets d’emballages ménagers

 

Depuis le 1er janvier 2016, le Sitru, en convention avec le SYCTOM de l'agglomération parisienne, trie les déchets issus des collectes sélectives sur le centre de tri de Nanterre.

 

En service depuis juin 2004, ce centre de tri a été conçu selon des critères de haute qualité environnementale.

Le centre peut recevoir 40 000 tonnes de collectes sélectives par an. La quantité de déchets triés est de 12t/h sur trois chaînes de tri, manuel, automatique et optique, afin d’optimiser la séparation des déchets en plusieurs flux de matières recyclables : plastiques, papier, carton, aluminium, acier et briques alimentaires.

 

Le centre de tri de Nanterre est également équipé d'un séparateur magnétique, appelé overband, qui capte les résidus en acier ainsi qu’un séparateur à courant de Foucault qui, par un système d’attraction magnétique, va permettre le captage des résidus en aluminium. Les taux de recyclage de ces métaux sont ainsi optimisés.

 

 

Les repreneurs de matériaux triés :

 

Le SITRU s'interdit de faire appel aux marchés internationaux de reprise des matériaux et favorise les filières françaises (ou européennes) ainsi que les transports alternatifs.

 

Pour les journaux-magazines, le choix a été fait de ne consulter que les papetiers français et de ne pas faire appel au négoce. La papeterie choisie est la plus proche et celle qui propose la solution de transport alternatif la plus appropriée : le transport fluvial par péniche.

Pour les cartons, le choix du transport fluvial par péniche a également été favorisé.

 

 

 

 

Tags : Recyclage - Valorisation - Territoire - Règlementation - Valorisation - Maîtrise - Mesures

Incinération des déchets et valorisation

Demande d'informations
Envoyer à un contact
Imprimez en PDF
Diminuer la taille du texte
Augmenter la taille du texte

Centre d'incineration des déchets CRISTAL SITRU

 

La valorisation des déchets

 

  • Le camion déverse son contenu dans l'une des deux fosses de réception. Celles-ci sont mises en dépression par un système d'aspiration d'air afin d'éviter toute émission d'odeur à l'extérieur de l'usine. L'air récupéré sera ensuite injecté dans le four pour activer la combustion.

 

  • Pour chacune des deux lignes d'incinération, un grappin charge les déchets (jusqu'à 1,5 tonne) dans les trémies d'alimentation des fours.

 

  • Chacun des fours est constitué de quatre plans de grilles sur lesquels les déchets sont incinérés. Chacune des lignes d'incinération peut brûler jusqu'à 8 tonnes de déchets par heure, sans autre ajout que de l'air. Les déchets séjournent environ une heure dans le four.

 

  • Injection de réactifs : pour neutraliser les gaz acides, les métaux lourds et les dioxines furanes, des réactifs (bicarbonate de sodium et charbon actif) sont injectés dans les fumées.
  • Chacun des fours est équipé d'une chaudière de récupération d'énergie qui capte la chaleur des gaz de combustion, les faisant passer de 950 à 240°C. La chaudière transforme ensuite l'eau contenue dans ses tubes en vapeur surchauffée (23 bars, 275°C).

 

  • Le groupe turbo-alternateur transforme l'énergie présente dans la vapeur en énergie électrique.

 

  • Grâce à des échangeurs, la vapeur permet aussi d’alimenter le réseau de chaleur pour livrer des bâtiments situés sur les communes de Carrières-sur-Seine, Chatou et Houilles en chaleur et en eau chaude.

 

  • À l’issue de la combustion des déchets, les mâchefers (résidus d’incinération composés de minéraux et métaux) sont criblés et déferraillés sur site avant d'être envoyés, puis traités, sur une installation spécialisée afin d'être recyclés. Les métaux sont refondus en sidérurgie tandis que les minéraux sont valorisés en matériaux de technique routière (sous-couche ou remblais).

 

  • Les Résidus d'Epuration des Fumées d'Incinération des Déchets Non Dangereux (REFIDND) : composés de cendres et de résidus des réactifs introduits lors du traitement des fumées, les REFIDND sont principalement récupérés en sortie des filtres à manches. Ils sont stockés dans des silos avant d'être envoyés puis traités sur des installations de stockage spécialisées.

 

Schéma process

Le traitement des fumées : une étape essentielle

 

 

  • Les poussières ainsi que les résidus des réactifs de traitement sont filtrés par les 700 membranes qui composent le filtre à manches.

 

  • Le catalyseur : après adjonction d'ammoniac, le catalyseur termine la purification des fumées avant leur sortie en cheminée. Ce traitement catalytique permet de transformer les oxydes d'azote en azote et aussi d'achever la destruction des dioxines furanes.

 

  • Les fumées sont évacués par la cheminée. Leur qualité est contrôlée en continu via les analyseurs. L'ensemble des données environnementales est envoyé aux services de l'Etat en charge de la surveillance des Installations Classées pour la Protection de l'Environnement (ICPE).

 

L'usine CRISTAL

 

Tags : Valorisation - Fonctionnement - Déchets - Règlementation - Réseau de chaleur - Valorisation - Maîtrise - Mesures

Installation de ruches

Pas moins de 80 000 Buckfast ont été accueillies vendredi 28 avril sur la pelouse du site de l'usine CRISTAL. L'abeille de Buckfast est extrêmement douce et très productive. L'apiculteur Jean-Yves Minette (PDFlire l'interview) suivra leur intégration et s'occupera de la récolte du miel.

 

La première sortie sur le sol du SITRU s'est faite timidement car le temps ne se prêtait pas à la découverte de leur nouveau carde de vie :

sortie-abeilles

Souhaitons à ces nouvelles sentinelles de l'environnement une bonne adaptation et une belle cohabitation auprès des faucons !

 

 

 

 

 

Tags : Visites - Associations - Maîtrise - Mesures

La mesure de l'impact environnental

Envoyer à un contact
Imprimez en PDF
Diminuer la taille du texte
Augmenter la taille du texte

L'usine CRISTAL


Le SITRU s’assure que les analyses des rejets de l'usine sont conformes aux valeurs limites d’émission (VLE) fixées par l’arrêté préfectoral d’exploitation de l’usine d’incinération.

 

des analyses en continu
Les analyses de rejets atmosphériques sont de plusieurs ordres :

 

  • Une analyse en continu, adressée à la DRIEE (Direction Régionale et Interdépartementale de l'Environnement et de l'Energie, service de l’Etat chargé du contrôle des Installations Classées pour la Protection de l’Environnement), sur 6 paramètres : poussières, monoxyde de carbone, dioxyde de soufre, acide chlorhydrique, oxydes d’azote et ammoniac. Chaque minute de dépassement des VLE est enregistrée. Les compteurs de dépassement des VLE doivent être inférieurs à 60 heures par ligne d’incinération et par an. En 2015, les données de ces compteurs ont indiqué :

       - 4h00 pour la ligne 1

       - 2h30 pour la ligne 2
       soit des valeurs conformes à la réglementation, très en deçà de la limite de 60 heures par ligne.

 

  • Une mesure trimestrielle, prélevée et analysée par un laboratoire indépendant accrédité, sur les 6 paramètres analysés en continu, ainsi que le carbone total et l’acide fluorhydrique. Les résultats de ces analyses sont publiés sur le site internet du SITRU et dans l’Actu du SITRU, ils sont conformes à la réglementation.

 

  • Une mesure semestrielle sur les paramètres suivants : dioxines et furanes, mercure, cadmium et thallium, somme des métaux lourds. Les résultats de ces analyses sont publiés sur le site internet du SITRU et dans l’Actu du SITRU, ils sont conformes à la réglementation.

 

  • Un suivi environnemental annuel des retombées atmosphériques assuré par la méthode des jauges OWEN. La jauge est l’équivalent d’un pluviomètre qui collecte l’eau de pluie grâce à un gros entonnoir. L’eau de pluie est analysée et les poussières sédimentables analysées. 4 jauges OWEN sont placées à proximité de l’usine dans le sens des vents dominants, et une jauge témoin est située dans une zone éloignée. Les concentrations en dioxines et furanes ainsi qu’en métaux lourds présents dans l’eau de pluie sont ensuite analysées. Les valeurs limites ne sont pas réglementées mais les résultats sont inférieurs aux valeurs guides communément reconnues (INERIS pour les dioxines et furanes, valeurs allemandes TA Luft pour les métaux lourds).

 

  • Depuis avril 2014, l’usine est équipée de dispositifs de contrôle en semi-continu des dioxines et furanes permettant de capter un échantillon de ces polluants en continu et de faire analyser les quantités captées par un laboratoire externe agréé. Les résultats de ces analyses sont très significativement en dessous des valeurs limites imposées par la réglementation.

 

Tableau des rejets CRISTAL

 

Tags : Règlementation - Maîtrise - Mesures

Rapports annuels

Envoyer à un contact
Imprimez en PDF
Diminuer la taille du texte
Augmenter la taille du texte
 

Actualités

Un nouveau lieu de dépôt pour les Rueillois

Père Trieur

Déchetterie mobile à Rueil-Malmaison

ouverte le 2ème samedi de chaque mois, de 9h à 18h, rue Léon Hourlier !

En savoir plus >

Première récolte de miel

 

Hausse abritant la reine

 

Plus de 10 kg de miel CRISTAL récoltés !

En savoir plus >

Travaux dans Houilles

école ovilloise

Le réseau de chaleur s'installe jusqu'au mois d'octobre

En savoir plus >

Durée de validité illimitée pour la carte d'accès

carte d'accès

Ce changement ne concerne cependant
pas les cartes provisoires délivrées
aux usagers ne disposant pas encore
de la taxe d’habitation.

En savoir plus >

Visites scolaires ou adultes

Venez découvrir l'organisation du SITRU, visiter l'usine CRISTAL et la chaufferie.

En savoir plus >

Déchetterie

Afficher l'image d'origine carte d'accès obligatoire

 camions benne et à plateau interdits

 

Demande carte d'accès et renouvellement > macarte.sitru.fr

 

Horaires d'ouverture jusqu'au 31 mars :

 

du lundi au vendredi de 10h à 17h, le samedi et dimanche de 9h à 17h.

 

À noter : forte affluence dès l'ouverture.

 

Jours fériés :

Les horaires du week-end s'appliquent.

 

Jours de fermeture de la déchetterie :

1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

Événements

> Visite Adultes du 31 Octobre 2017
> Visite Adultes du 30 Novembre 2017

 

 Octobre 2017  >   <  
L M M J V S D